1_Liran_samuni_8.jpg

Menaces: Les interactions entre les êtres humains
et les chimpanzés

© Liran Samuni / TCP

Les interactions entre les êtres humains et les chimpanzés

En Afrique de l’Ouest, près de 80% de la couverture forestière présente au 19ème siècle sont aujourd’hui une mosaïque de forêts et de terres cultivées.

L’utilisation humaine des zones de présence de chimpanzés pour l’accès à l’eau et aux produits forestiers et l’incursion des chimpanzés dans les cultures et les villages peuvent augmenter les fréquences de rencontre, intensifiant les risques de transmission de maladies (voir ci-dessus) parmi d’autres conséquences négatives potentielles. L’augmentation du partage de l’espace peut déclencher ou aggraver des rivalités pour accéder à l’eau et à la nourriture – produits sauvages cueillis par les humains ou plantes cultivées consommées par les chimpanzés. Selon les rapports, les chimpanzés consomment jusqu’à 36 espèces cultivées différentes en Afrique (ibid.).

Dans la plupart des cas, des chimpanzés non habitués prennent la fuite en voyant ou en entendant un être humain. Cependant, en cas de provocation et s’ils perçoivent la personne comme une menace, les chimpanzés peuvent se comporter de manière agressive. Par ailleurs, un comportement problématique des chimpanzés, par exemple une attaque sur un villageois, est parfois attribué à la « sorcellerie ». Ainsi, il est nécessaire de bien cerner les éléments des interactions entre les êtres humains et les chimpanzés lors de l’élaboration des stratégies de conservation.

Toute intolérance ou peur à l’encontre des chimpanzés - que ce soit pour des impacts ou des risques réels ou perçus – peut inciter quelqu’un à les pourchasser et, dans les cas extrêmes, à les tuer. Les situations de blessure, de meurtre ou de capture de chimpanzés peuvent aussi aggraver les relations entre les fermiers, les travailleurs et les propriétaires terriens d’une part et les responsables et les autorités des aires protégées d’autre part, mettant à mal les efforts de conservation à cause de la collision des intérêts et des valeurs. Des efforts importants doivent être faits pour résoudre ces conflits et favoriser des scénarios de coexistence favorables à tous. Ces scénarios exigent souvent des recherches interdisciplinaires, une sensibilisation, des dialogues et une implication locale dans les prises de décision. 

13_Tatyana Humle-Bossou chimpanzee passing behing a house in the village to access papaya

© Erin Wessling

Les questions de la coexistence entre les êtres humains et les chimpanzés sont complexes et dynamiques, dans une trame de contextes écologiques, socioéconomiques, culturels et politiques parfois très spécifiques. Cependant, la croissance démographique et les modifications des paysages en Afrique de l’Ouest risquent de provoquer une discordance entre les besoins humains et ceux des chimpanzés. Les motivations du développement et de la conservation peuvent parfois entrer en conflit, renforçant l’intolérance et les attitudes et comportements négatifs envers les chimpanzés. Ce conflit peut accélérer le déclin des populations de chimpanzés, même si dans certaines régions, des tabous culturels peuvent atténuer cet impact (Yamakoshi 2005; Heinicke et al. 2019b).