Stratégie 5 : Surveillance des maladies et modèle « One Health »

Erin Wessling

© Erin Wessling

Les chimpanzés d’Afrique de l’Ouest vivent en majorité dans des paysages altérés par les humains, ce qui rend leurs populations vulnérables aux maladies qui émergent à l’interface entre la faune sauvage et les êtres humains, en particulier les agents pathogènes d’origine humaine (voir Gilardi et al. 2016). Les risques de maladies sous-tendent la démarche d’One Health pour la conservation des chimpanzés et exigent un renforcement de la surveillance sanitaire comme élément à part entière de la gestion de la conservation.

Malheureusement, les données manquent pour quantifier les risques de maladies sur les populations de chimpanzés dus au contact entre les animaux et les êtres humains, malgré une contamination documentée dans les habitats dominés par les humains. L’analyse effectuée par Leendertz et al. (2017) sur l’épidémiologie de MVE chez les grands singes peut servir de modèle pour décrire en détail les problèmes et l’état des connaissances et des lacunes dans les données sur la santé des chimpanzés, ce qui serait une première étape de la DRA.

Pour combler les lacunes et répondre à des risques potentiels de maladies chez les chimpanzés d’Afrique de l’Ouest, il faut renforcer les capacités du personnel de terrain dans les techniques de surveillance des maladies, y compris l’expertise technique en diagnostic et suivi non invasifs des grands singes. Les décideurs politiques et le grand public doivent être sensibilisés aux risques de transmission de maladies entre les humains et les grands singes et à leurs implications sur la santé humaine et environnementale. Les personnes focales doivent disposer d’un système de riposte sanitaire efficace, y compris d’une gouvernance solide.

Touche de statut

Objectif

Objectif 5 .1 :  D’ici début 2021, une matrice de personnes focales identifiées est établie pour la communication des risques sur la santé des chimpanzés en Afrique de l’Ouest.

Statut

Objectif

Statut

Objectif 5.2 : D’ici début 2022, une analyse des risques actuels de maladies chez les chimpanzés d’Afrique de l’Ouest est finalisée et d’ici début 2023, un programme d’atténuation des risques de maladies est mis en œuvre.