adrian-infernus-BN6iQEVN0ZQ-unsplash.jpg

Menaces:
L’agriculture

APERÇU

Les effets de l’expansion agricole sur les chimpanzés sont reconnus. En raison de la forte conversion anthropique des milieux naturels dans certaines parties de la région, les mosaïques de forêts et de terres cultivées constituent le principal type d’habitat modélisé pour 5% des chimpanzés d’Afrique de l’Ouest. La conversion pour l’agriculture est si importante - 1% en quatre ans seulement – que les chimpanzés d’Afrique de l’Ouest sont les seuls grands singes africains pour lesquels la disparition de l’habitat à cause de l’agriculture peut se mesurer par télédétection. Bien qu’une modélisation récente indique que l’agriculture n’a pas un effet significatif sur les densités de chimpanzés, les densités les plus élevées se trouvent dans les zones avec un couvert de terres agricoles inférieur à 25%, ce qui suggère l’existence d’une limite supérieure de tolérance. Cependant, cet élément varie d’un pays à l’autre.

 
10_Erin_Wessling_agriculture (1).JPG

© Erin Wessling

L’agriculture de subsistance

L’agriculture de subsistance est l’activité agricole pratiquée à petite échelle par les communautés rurales et emploie environ 70% de la main d’œuvre africaine. Bien que l’Afrique de l’Ouest enregistre des taux croissants d’urbanisation, une augmentation des populations rurales est aussi prévue au cours des prochaines décennies. Avec la croissance démographique, la demande locale de ressources s’accélère et entraine la hausse de la demande de terres arables. Historiquement en Afrique, où les terres cultivées ont augmenté d’environ 25% entre 1980 et 2000, l’expansion agricole s’est massivement faite au détriment des forêts intactes, qui représentent 60% des terres converties pour l’agriculture, tandis que les forêts perturbées en constituent 35% (Brink & Eva 2008; Gibbs et al. 2010). Ainsi, la conversion des terres pour l’agriculture de subsistance a des effets directs sur les habitats disponibles pour les chimpanzés. Le déplacement des cultures vers les habitats forestiers est une autre source d’interactions négatives entre les populations humaines et les chimpanzés.

 
 
eryxson-fonseca-KqSfy0wvF-A-unsplash.jpg

L’agriculture industrielle

Une grande partie de l’Afrique de l’Ouest est adaptée à la production agricole de café, de cacao, de caoutchouc et d’huile de palme, et de tels projets de développement vont accélérer la diminution des chimpanzés dans la région. De nombreux habitats ont déjà été perdus, par exemple en Côte d’Ivoire pour la production de cacao. Si l’investissement en faveur de l’essor de l’huile de palme se poursuit en Afrique, certains bastions des chimpanzés d’Afrique de l’Ouest – des zones adaptées aux plantations de palmiers à huile – peuvent être ravagés (Côte d’Ivoire 59,6%, Liberia 81,7%, Sierra Leone 48,8%). Le palmier à huile est natif à la région et les chimpanzés l’incluent, ainsi que le cacao, dans leur régime alimentaire, certains jusqu’à en dépendre pour survivre. Cependant, il est probable que la plupart des chimpanzés ne survivrait pas à un défrichage de leur habitat, ne fût-ce que parce qu’ils ne peuvent pas subsister dans des vastes monocultures qui n’ont pas les ressources nécessaires pour leur alimentation et leur nidification et où leur présence n’est pas tolérée.